Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

Mon blog

Blog

l'assurance construction

Posted on August 31, 2015 at 1:03 PM Comments comments (2759)

Le point de vue de l’assureur  sur l'assurance construction :

L’application de la garantie d’assurance est conditionnée par plusieurs éléments.

Ces éléments doivent être pris en compte par l’assuré souscripteur 
(ici considéré comme étant le « Constructeur »).



  •  Le premier élément est l’activité exercée par l’assuré. 
  
L’assureur apprécie le risque couvert sur la base de la déclaration faite par l’assuré de l’(ou les) activités qu’il exerce. La jurisprudence considère en effet qu’une fausse déclaration (ou déclaration incomplète) peut conduire à la non assurance des dommages 
affectant les travaux exécutés. En conséquence, l’assuré ne sera couvert que pour l’activité déclarée pour laquelle il est qualifi é : si l’activité déclarée est plaquiste, il ne sera pas garanti pour des travaux d’étanchéité.

  • Le deuxième élément est la nature des travaux

La garantie des travaux mis en œuvre par l’assuré est conditionnée à l’exécution de travaux spécifiquement définis, à la souscription du contrat d’assurance par une clause de « travaux de technique courante ». Cette notion contractuelle, définie dans les conditions générales des polices d’assurance, de « travaux de technique courante » (tC) et « travaux de technique non courante » (tnC) peut     varier d’un assureur à l’autre. 
Cette segmentation entre technique courante et non courante             diffère de la segmentation professionnelle entre technique dite traditionnelle et technique non traditionnelle.

 Du point de vue de l’assureur, les techniques courantes sont normalement couvertes par le contrat d’assurance alors que les techniques considérées comme non courantes nécessitent, lorsqu’elles sont mises en œuvre, l’obtention d’un accord préalable de l’assureur.
Dans le doute, il convient de se reporter à la définition de son contrat d’assurance ou d’interroger son assureur. 
La déclaration de réalisation de travaux utilisant des techniques non courantes doit être faite avant le début des travaux. 
L’assureur procède à l’analyse du risque présenté et décide de l’application (ou non) d’une surprime pour couvrir les risques induits par l’utilisation de technique non courante.
L’absence de déclaration de travaux de technique non courante fait peser la menace des sanctions prévues par le Code des assurances pour défaut de déclaration d’une aggravation du risque, à savoir, une réduction de l’indemnité due en cas de sinistre voire une non-garantie



0